Le Forum des cartoucheurs* : Discussions générales sur les jeux et consoles rétros.
*cartoucher : action jouer à des jeux rétros
#396300 par Gr1cheux
26 Mai 2017, 10:51
Le-Droogie a écrit:J'ai terminé L'ombre du Mordor sur PS4, titre sympathique qui ne révolutionne rien mais qui reste efficace malgré la répétitivité du tout. J'ai lancé hier soir Ghost Recon Advanced Warfighter sur 360, et je ne suis absolument pas convaincu après 3h de jeu. Le gameplay est ultra-rigide et l'IA des camarades censés former équipe avec nous est catastrophique. Le point positif reste le côté graphique qui envoie pas mal pour un jeu de 2006.



Je t'invite a poster tes jeux current gen ici: :mrgreen:
http://forum.retrogaming.fr/viewtopic.php?f=14&t=93866
#396303 par Le-Droogie
26 Mai 2017, 11:39
Gr1cheux a écrit:
Le-Droogie a écrit:J'ai terminé L'ombre du Mordor sur PS4, titre sympathique qui ne révolutionne rien mais qui reste efficace malgré la répétitivité du tout. J'ai lancé hier soir Ghost Recon Advanced Warfighter sur 360, et je ne suis absolument pas convaincu après 3h de jeu. Le gameplay est ultra-rigide et l'IA des camarades censés former équipe avec nous est catastrophique. Le point positif reste le côté graphique qui envoie pas mal pour un jeu de 2006.



Je t'invite a poster tes jeux current gen ici: :mrgreen:
http://forum.retrogaming.fr/viewtopic.php?f=14&t=93866


Pour la petite phrase sur L'ombre du Mordor je veux bien, mais concernant GRAW, on parle quand même d'un jeu de 2006 ! Sorti à la fois sur 360 et sur PS2, la même année que Okami ou FFXII :D Pas très current tout ça !
#396694 par RyoXYZ
02 Juin 2017, 09:29
reimmstein a écrit:J'ai lancé Phantasy Star II, ça va être du bon gros grind à l'ancienne :lol:
Mais bon pour 1989 je le trouve réussi techniquement, même s'il accuse son âge :)


Grosse référence RPG de la MD, je l'ai fait 2 fois et j'y reviendrai pour sûr !
Y aura du leveling c'est clair ;)
#396734 par Skate
02 Juin 2017, 15:23
Yosh!

Terminé Drakengard premier du nom, avec les 4 premières fins (A, B, C, D). Comme pour Drakengard 3, je me suis fait la dernière fin (E) sur Youtube. Et j'ai bien fait :mrgreen: . Car au delà du fait qu'il faille récupérer toutes les armes du jeu (65 au total) pour débloquer ce dernier chapitre, le boss final de cette branche est totalement dans le même délire que celui de Drakengard 3, en bien moins infect tout de même.

Bon au final qu'en retenir de tout ça?

Déjà pour commencer, je me demande bien en quoi la fin E peut bien avoir un lien avec Nier, ça m'intrigue, tellement elle est étrange.

Bon sinon, concrètement? De tous les tests et critiques que j'ai pu lire, j'ai toujours retenu de ce premier opus qu'il avait un scénario torturé et des persos très travaillés. Pour le scénar, je valide. Pour les persos par contre... Rien à dire sur leur background, d'une noirceur et d'une violence rare, mais le problème est qu'il est à peine survolé...
La narration très fragmentée propre à la série y est sans doute pour quelque chose, mais il est dommage que tous les protagonistes ne soient pas aussi approfondis. Idem pour les pactes que chacun a fait avec un être magique .
Pour le héros, c'est tout à fait clair et expliqué dès le début : il pactise avec son dragon non par plaisir mais pour survivre, car chacun est à l'agonie. Pour Seere, l'enfant, on peut le comprendre aussi, ou en tout cas le supposer. En revanche, pour Leonard et Arioch, les 2 autres alliés... Pourquoi leurs entités ont choisis de pactiser avec elles? Qu'est-ce que chacun tire de cette alliance? Autant de questions qui restent sans réponses. Et c'est bien dommage! Notamment pour Arioch, sans doute l'un des personnages les plus sordides et les plus fous que j'ai pu voir dans un JV et aussi celui dont l'histoire est la moins approfondie du jeu... Rageant. De ce point de vue là, Drakengard 3 fait mieux, en octroyant un espace égal au développement de chaque perso.
Pour le scénario en lui même, il suit la même pente crescendo que dans le 3, avec un pitch de départ assez classique (le héros veut se venger de l'invasion de son royaume par l'Empire, qui cherche à détruire les sceaux qui équilibrent le monde, l'un de ces sceaux étant incarnés dans sa soeur, Furiae, que l'empire cherche donc à tuer), qui va progressivement se muer en quelque chose de bien, bieeeeeeeen plus sombre, macabre et malsain. La fin D est à ce titre un monument cauchemardesque de grotesque et d'insanité, digne des meilleurs moments de Berserk (la conclusion de l'Âge d'Or, notamment).
Pour le gameplay en lui même, bon là par contre, le 3 se montre bien supérieur en terme de plaisir de jeu. Pas que le gameplay soit foncièrement mauvais dans ce premier opus. Foncièrement c'est du massacre de masse comme dans tout Dynasty Warrior like, avec pléthore d'arme ayant chacun un feeling différent et un sort qui lui est propre. Le jeu comporte également des phases de shoots à dos de dragon, dans la veine de Panzer Dragoon, qui sont plutôt sympas, d'ailleurs. Sur le papier, sans être transcendant, il y a de quoi faire quelque chose de pas mal quand même. Mais en jeu... Ben c'est vraiment ultra mou du genou... Lles animations du personnages manquent cruellement de fluidité, mais surtout, il n'y a aucune sensation crédible d'impact sur nos coups... Rageant, encore une fois.
Les ennemis sont cons comme des quiches aussi. Ils sont tous posés en grappe sur la map et tant que le joueur ne s'en approche pas, ben ils ne bougent tout simplement pas. Ils attendent patiemment de venir se faire péter la mouille. Pire, ils n'existent pas. Ils poppent quand le joueur s'en approche, avant ça, ils ne sont pas visibles. Ils ne sont embêtants finalement que dans les environnements en intérieur, où la dangerosité vient de leur nombre et de leur hargne dans un espace clos mettant les caméras à mal plutôt que de leur IA.
Un mot sur la technique, à peu près aussi à la ramasse que dans le 3. Environnements vides, textures crades, brouillard de guerre digne des grands moments de gloire de la N64, hitbox zarb', pathfinding des ennemis risibles, la liste est longue... Autant de petites choses qui finissent par casser l'immersion, bien plus que dans le 3.
Enfin, un dernier mot sur l'OST, qui souffle là aussi le chaud et le froid. D'un côté, les pistes sont vraiment réussies, très dissonantes, discordantes, violentes, tout à fait dans l'esprit et de la narration et de l'univers du jeu, mais l'inconvénient est que ce sont des boucles qui se répètent sans cesse, sans variation. Quand les missions durent plus de 20 minutes, on finit par ne plus y faire attention, ce qui est encore une fois bien dommage... Pour les bruitages par contre, ils suivent la logique du gameplay : mous dans les phases de BTA, corrects dans celles de shoot à dos de dragon.

Pour conclure, dans l'absolu, c'est un A-RPG alternant phases à la panzer dragoon et BTA à la dynasty warrior oscillant entre le moyen et le correct, loin d'être injouable, mais manquant cruellement de punch, la faute principalement à une technique plus que perfectible. Il est surtout sauvé par son OST, son scénario et son univers atypique, très sombres et glauque virant au cauchemar pur sur la fin et ses personnages très intéressants, mais hélas trop peu approfondis pour certains.

Bien envie de continuer dans ma lancée et de me lancer le 2. Ou bien Nier. Vais y réfléchir.
#397510 par Gunpei
12 Juin 2017, 23:04
Après plus de 20 ans, je suis à nouveau arrivé à la fin de Illusion of Time.

Je voulais savoir pourquoi je l'avais revendu à l'époque. Etant dans le contexte où j'avais terminé dans l'ordre Secret of Mana, Chrono Trigger, FF III (6)... ce fut le quatrième jeu d'aventure (hors Zelda) auquel j'allais jouer. J'avais le souvenir d'un jeu pas très difficile, peu charismatique avec des lieux inspirés de la réalité. C'est tout. Même les thèmes musicaux étaient totalement sortie de ma tête, contrairement à Secret of Evermore qui avait aussi suivi le même chemin que IOT.

Donc après avoir reçu la cartouche de Master, c'est avec une certaine appréhension que j'ai lancé le jeu. A peine les premières note de l'écran titre ayant retenti, des souvenirs se sont éveillés. Comment avais-je pu oublier. Surtout, que la mélodie tourne en boucle avec entêtement. Mais le thème annonce bien une aventure pleine de péripétie.

Cet action Rpg empreinte une jouabilité de Zelda 3 agrémenté d'un zeste de Rpg. Les ambiances et différents lieux sont piochés dans les mythes et réalités de notre histoire, et l'on voyage dans des lieux existants. Ce mélange de réalité réécrit pour le jeu est une très bonne idée et permet de se sentir d'autant plus concerné par cette aventure.
D'autant plus que les thèmes abordés sont plutôt grave : un orphelin souhaite suivre les trace de son père disparu, la famille, la mort, le sacrifice, la solitude, le temps, le désespoir, la faim et la famine (une des scènes les plus marquante du jeu dans tous les sens du terme), l'amour ouvertement exprimé, la pauvreté, l'esclavage, le vice du jeu...
Pour l'époque, on se retrouve devant un jeu plutôt mature... sauf que Cette traduction "made in Nintendo pour les enfants" pourrissent une bonne partie de l'ambiance.

Les graphismes sont jolis, très jolis même. Mais ils côtoient le très laid comme la forêt de champignon.
L'ambiance musicale identifie les différents pays parcourus. Même si dans l'ensemble, les mélodies me touchent moins que FF 6 et Chrono, celui de la flûte de pan reste un des morceaux que je préfère : entre mélancolie et solitude.

Le mécanisme du jeu est toujours le même : village, donjon, boss.
Fait intéressant dans les donjons, les ennemis ne réapparaissent pas après leurs éliminations. Bien pratique vu qu'ils sont très labyrinthiques pour certains. Une fois qu'une zone a été nettoyé, on gagne de l'expérience en vie, en force ou en défense. Le héros se bat avec sa flute et différent pouvoir que l'on gagnera au cours de l'aventure. La télékinésie du héros permet de récupérer à distance toutes les gemmes à distance laissaient tombé par les ennemis. Ces gemmes permettent de capitaliser des vies (jusqu'à neuf) pour revenir dans la zone en cours sans passer par la case "game over" ainsi que de l'énergie vitale. Par contre à l'instar d'un "Zelda" peu de point de vie nous seront donnés à la résurrection.
Ces mêmes donjons (qui sont le point fort du jeu) nous donnent droit d'incarner un guerrier avec son épée qui est vraiment classe et une créature "ultime" en temps voulu. La jouabilité se renouvelle grâce à eux et facilite grandement la tâche contre les boss qui à part les Vampires ne sont pas très retords.
La gestion des collisions est particulière. Lorsque l'on tape sur un ennemi, il est vulnérable sur plusieurs plans, ce qui fait que l'on peut se battre sans prendre énormément de risques.
J'avoue tout de même aimer le côté arcade des donjons.

Concernant les défauts du jeu :
- la carte en mode 7 ne sert à rien car le jeu est linéaire. Elle est juste là pour faire jolie et faire perdre notre temps avec sa redondance.
- énorme problème de traduction.
- Pour rester sur les dialogues... pourquoi ont il aussi attribué le pavé de direction pour faire défiler les textes... ce qui fait qu'à plusieurs reprises, j'ai loupé des informations importantes ou arrêter une partie sans le vouloir lors de la sauvegarde.
- Les personnages : à part Paul le héros (et encore), tous les autres semble oubliables ou presque dans la forme. Je me souviens plus de certains autochtones par leurs actions que les proches du héros.

Je considérais la quête des 50 rubis comme une énorme blague surtout quand on oubli celui à côté de "Turbo" le chien de SoulBlazer, situé dans un endroit accessible une seule et unique fois... mais finalement j'ai compris très récemment que LE JOUEUR aura eu besoins de faire des MAUVAISES actions pour les avoir tous réunis dont une trahison.

Clairement, à l'époque je considérais le jeu comme moyen. Aujourd'hui, cette nouvelle lecture montre bien qu'il s'agit là d'une belle prise de conscience avec les thèmes abordés. Vraiment dommage que ces dialogues gâchent ça.
#397774 par Goldlink
15 Juin 2017, 20:29
Image

Je viens de terminer Dragon Warrior (cartouche US de Dragon Quest) sur ma bonne vieille NES.
Enix a réalisé un jeu absolument révolutionnaire en 1986, bien avant Final Fantasy, en donnant naissance au J-RPG sur console. Toutes les bases encore d'actualité sont bel et bien là. Le système de progression par l'expérience est d'une précision et d'une addiction machiavélique, incitant au level-up pour apprendre de nouveaux sorts magiques qui renversent l'équilibre dans des combats contre des ennemis auparavant impossible à battre, et pour progresser sur la carte du monde ouvert, dont certaines régions ne permettent pas de s'y aventurer sans avoir au préalable affûté sa lame sur quelques slimes, argentés de préférence, les plus rares, mais les plus généreux en points d'expérience. S'équiper en armes, armures, boucliers et d'une logique implacable, chaque nouveau village proposant une boutique et une évolution nécessaire pour continuer à avancer. Il est préférable d'avoir pourfendu quelques golems dorés, particulièrement riches en pièces, avant de passer à la caisse. A dire comme ça, ça paraît d'un banal, et pourtant en 1986 tout était à inventer et tout est encore là. On a l'impression de découvrir le RPG, comme s'il était neuf, comme s'il débutait de rien et que Chrono Trigger, Phantasy Star ou Xenoblade Chronicles n'avaient jamais encore existé.
Fait rare à cette époque, le scénario est particulièrement soigné, le chara design est confié au célèbre mangaka Akira Toriyama, la sublime musique au maestro Koichi Sugiyama. Le reste fait partie de la légende. Tout a été soigné sur ce J-RPG originel pour en faire un chef d'oeuvre d'interactivité avec le joueur, mais aussi un chef d'oeuvre musical, visuel et narratif. Evidemment, après avoir joué à Dragon Quest VIII, tout cela paraît un peu désuet, mais faut-il s'empêcher de regarder un bon Buster Keaton quand on a Jim Carrey ? Vraiment, il faut avoir joué à ce jeu pour appréhender le J-RPG sous un oeil compréhensif et ému.
#397976 par Skate
19 Juin 2017, 20:48
Yosh!

Pas trop le temps de jouer en ce moment, à part quelques petites parties éparses, par ci par là.

Je me continue très lentement Drakengard 2, dont l'ambiance est pour l'instant un peu trop heroic fantasy, bien moins sombre que le premier. Mais là ça a l'air de tourner un peu plus glauque, on va voir la suite des évènements. Il reste quand même vraiment plus agréable que le premier, m'enfin on est loin du plaisir de jeu d'un vrai bon beat'em all. M'enfin ça se laisse jouer malgré tout.

Ensuite, je me suis fini sur l'émulateur sur la PSP Metal Slug 2nd Mission, initialement sorti sur NeoGeo Pocket. Bon, je dois lui reconnaître qu'il est vraiment bien foutu et que c'est un petit tour de force d'avoir réussi à adapter Metal Slug aussi fidèlement sur une console aussi peu puissante. Ceci étant, le jeu troque le game design run'n gun des opus arcade pour une structure plus action/plate-forme, auquel personnellement je n'adhère pas. De manière générale d'ailleurs, j'ai du mal avec les graphismes 8 bits des licences SNK sur NGP. C'est très beau, c'est impressionnant, je le concède, mais je n'arrive pas à accrocher... J'ai eu l'occasion d'essayer une NGP chez notre dealer toulousain habituel d'OSG samedi dernier, l'ergonomie de la console est quand même vachement bien foutue et elle est vraiment agréable à jouer et ces jeux en boîtes sont vraiment classes. Donc voilà, une console que j'ai vraiment envie d'aimer, mais avec laquelle j'ai encore du mal. On verra si j'arrive plus à m'y faire.

Enfin, avec l'annonce de Metroid 2 sur 3DS à l'E3 je me suis décidé à me lancer cet après midi dans l'original sur GB, toujours sur émulateur sur PSP, et pour l'instant j'accroche bien. J'ai tué mon premier Metroid, trouvé les bombes, quelques réserves de missiles et de vie et le ice beam. C'est très plaisant à jouer. On verra ce que ça donne pour la suite :) .
#397981 par Skate
19 Juin 2017, 21:21
reimmstein a écrit:Et Deeeeeemooooooonnnnn SOoooooouuuuuuls :( ?


Pas le temps, chaque fois que je joue c'est par tranche de 20-30 minutes max et espacées qui plus est. Et je peux pas me mettre sur un Souls sur des sessions aussi courtes ^^" ...
#397986 par Gr1cheux
19 Juin 2017, 22:08
Metroid 2 est vraiment sympa, un de mes préférés, l'evolution des metroids est vraiment cool a suivre et combattre. :banana:
#398003 par Ichimaru59
20 Juin 2017, 08:19
Ceux qui sont hypés par le métroid, je vous invite à lancer AM2R qui est une petite pépite :)
Après, l'original est excellent également (je n'avais pas compris comment tuer le boss de fin lorsque j'étais plus jeune)
#398010 par Gr1cheux
20 Juin 2017, 09:19
J'ai trouvé AM2R sympa sans plus, je préfère l'original.

Le boss de fin tu as deux façons de le tuer. :wink:
#398034 par Ichimaru59
20 Juin 2017, 12:57
Gr1cheux a écrit:J'ai trouvé AM2R sympa sans plus, je préfère l'original.

Le boss de fin tu as deux façons de le tuer. :wink:


Bah j'étais mauvais à l'époque, j'ai trouvé aucune des deux :)

AM2R est rafraîchissant je trouve et il faut saluer le travail accompli quand même :)
Je n'ai pas repris l'original depuis un moment, il faut que je le refasse, sûrement sur la PSP

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités